Institut Français de Psychosynthèse

Qu’est-ce que la Psychosynthèse ?

Oeuf d'ASSAGIOLILa psychosynthèse c’est un vaste mouvement psychologique créé au début du siècle par un psychiatre italien, Roberto Assagioli (1888-1974)

Ce mouvement se caractérise par la reconnaissance et la réalisation de la synthèse dans tous les domaines, et spécifiquement dans le domaine de la psychologie.

La psychosynthèse tire son origine de la psychanalyse ayant été, R. Assagioli, collaborateur de Freud et Jung et représentant de la psychanalyse en Italie.

Insatisfait de la psychanalyse, R. Assagioli pense de la compléter à travers des processus de reconstruction et de synthèse. Il considère la fonction de la volonté, l’expérience du Je et les aspects sains et supérieurs de l’être humain comme les éléments d’une psychosynthèse exhaustive. Le but de la psychosynthèse n’est pas seulement un entraînement psychique et thérapeutique, il est surtout celui d’évoquer l’intégrité et de faciliter l’accès à un niveau supérieur d’intégration.

La psychosynthèse au-delà  d’une phase analytique qui vise à une prise de conscience des conflits et de principaux problèmes comprend aussi et surtout une phase active de concrète résolution des problèmes. En général nous pouvons mettre en évidence dans l’être humain la présence de deux problèmes et conflits fondamentaux :

  1. Le conflit entre multiplicité et unité.
  2. Le conflit entre passé et futur.

La psychosynthèse c’est une conception dynamique de la vie psychique vue comme une lutte entre une multiplicité de forces rebelles et contrastantes et un centre unificateur qui a la tendance à les dominer, à les harmoniser, à les utiliser de la façon plus utile et créative.

La condition existentielle humaine a deux aspects (en relation avec le temps et l’espace) :

  1. Un sentiment d’être incomplet dans son processus évolutif puisque ses potentialités futures doivent encore s’exprimer (un manque d’autoréalisation).
  2. Un sentiment d’être incomplet dans son processus d’unification et de réorganisation interne, puisque les différents contenus ( les éléments, les complexes, les aspects de la personnalité, les fonctions) doivent encore retrouver la juste place dans la psyché

La psychosynthèse c’est un ensemble de méthodes d’action psychologique, qui mirent à favoriser le développement et l’intégration de la personnalité humaine. Le principal but de l’être humain est la réalisation de soi, c’est-à-dire l’accomplissement actif de son processus de croissance et d’harmonisation

 

1 – L’image de l’être humain (Le modèle structurel)
oeuf-article

Le modèle structurel de la personnalité est représenté  par le schéma ovale

« Diagramme de l’œuf».

Au point central se trouve le je (soi personnel ou moi conscient), (5) centre de pure conscience et de volonté, être essentiel de la personne, distinct mais non séparé des contenus du champ de la conscience. Nous pouvons réaliser ce que signifie le Je en nous retirant à l’intérieur de nous, dans ce lieu d’où nous pouvons observer et diriger les différents aspects de notre expérience (sensations, émotions, idées, souvenirs, etc.). Ce Je est le centre stable de notre identité d’être existant et unique, tandis que nos expériences sont transitoires et changeantes.

L’inconscient personnel comporte trois niveaux :

Le niveau moyen — celui du préconscient ou Inconscient moyen (2) est en relation directe avec le champ de conscience (4). Les éléments de cette partie sont de nature semblables à ceux de la conscience d’éveil (élaboration des expériences vécues, préparation aux activités futures, travail intellectuel, travail de l’imagination).

L’inconscient inférieur ou primitif (1) qui contient toutes les activités psychiques élémentaires liées à la vie organique (instinct, besoins, tendances, pulsions primitives).

L’inconscient supérieur ou supraconscient (3), au-dessus, produit les intuitions, les inspirations d’ordre supérieur dans le domaine de l’art, de la philosophie, de la science et de l’éthique. C’est dans cette zone que résident à l’état latent et potentiel les idées géniales, les facultés et pouvoirs supranormaux, les tendances mystiques qui s’expriment par le besoin de méditation et de prière individuelle ou de participation à des pratiques religieuses ou rituelles.

Le Soi transpersonnel (6) est relié au Je par un trait pointillé. Comme le « Je », c’est un centre de conscience et de volonté, mais avec la différence que son champ est plus large. Le Soi transpersonnel peu élargir la conscience au point d’inclure une partie de l’Inconscient personnel aussi bien que le champ de conscience plus limité du «Je ».

L’inconscient collectif (7) ou psyché de masse, comme l’a appelé JUNG, se trouve à l’extérieur.

Les limites sur ce schéma sont en pointillé pour marquer les phénomènes « d’osmose » des différents niveaux de l’individu entre eux et avec son environnement.

2 – Le modèle fonctionnel
etoile-legendeLe modèle fonctionnel a pour rôle de montrer en une seule image l’ensemble des fonctions de la personnalité dans leur exercice harmonieux :

Il a la forme d’une étoile à six branches qu’il faut imaginer mobile et mobilisatrice. Elle a en son centre un axe entouré d’une zone qui représente le point central de la conscience indissociable de la volonté qui, dans l’hypothèse d’Assagioli, donne l’élan dynamique et coordinateur des fonctions.

Aux  quatre fonctions fondamentales différenciées par Jung : sensation, émotion, pensée et intuition, la psychosynthèse ajoute l’imagination et les fonctions d’impulsion (comportant pulsion, désir, aspiration, c’est-à-dire tout ce qui pousse à l’action).

Ces six fonctions sont les instruments d’expression du « Je ».

Elles ne sont pas disposées au hasard ; elles semblent polarisées entre elles mais en même temps sont  complémentaires. (Les sensations sont disposées à l’opposé de l’intuition mais en même temps, elles sont complémentaires)

La volonté est donc bien cette fonction centrale, nécessaire à ces complémentarités, distribuant les tâches à toutes les fonctions qu’elle maîtrise et coordonne en même temps. Elle apparaît dans la théorie psychosynthétique comme la baguette du chef d’orchestre qu’est le Je conscient.
La « volonté » est la  fonction psychique, dont l’être humain dispose pour cheminer dans son parcours existentiel. Elle constitue l’expérience centrale de la vie humaine, la découverte de sa liberté et de sa capacité de vouloir, de la prise de conscience de soi non plus comme un objet passif, qui réagit aux événements extérieurs, mais comme « sujet », qui a la faculté d’ »agir » sur soi, sur les autres et sur la vie, capable de réaliser des changements et des transformations.

L’expérience de la volonté est directement liée avec l’expérience du Je (auto-conscience), laquelle a deux aspects, un « introspectif » et l’autre « dynamique ».

La dimension spirituelle

Roberto Assagioli propose une image pluridimensionnelle de l’être humain, comme un être « bio-psycho-spirituel »  c’est-à-dire une image intégrale, qui tient en compte de toutes ses dimensions, comprise la dimension spirituelle.

Les expériences spirituelles sont des expériences à caractère d’unité et de synthèse qui approfondissent le sens de notre identité.

C’est une expérience d’élargissement de la conscience et de participation à une réalité plus vaste, ayant la sensation  d’élévation, d’énergie et  de plénitude de l’être.

Elle nous donne un sens de réveil à une nouvelle réalité, un sentiment de renouvellement, de joie et de liberté interne, la sensation de retourner à soi-même et à sa nature. C’est  une expérience de lumière, de conscience, un vécu d’énergie et capacité de vouloir, une expérience d’ « amour » et de solidarité  humaine, un sens fondamental de « paix ».

Au niveau de ces expériences tout angoisse et agressivité disparaissent.

La dimension spirituelle nous donne le sentiment d’une réconciliation avec soi-même, avec les autres, avec la vie et l’univers entier. Notre « Je » aspire à connaître soi-même, sa vraie nature, à surmonter un sentiment de « séparation » et à rejoindre le Soi, en réalisant ainsi la synthèse et l’unité de son être et aussi l’intégration avec les autres et le monde.

Idées tirées de livres :

  1. Que sais-je ? La psychosynthèse ? par Monique Pellerin et Micheline Brès, Presses Universitaires de France, Paris, 1994
  2. « Immagini dell’uomo » par Centro Studi di Psicosintesi « R.Assagioli »,  Edizioni  Rosini, Florence 1986, chapitre VII,  Psychosynthèse, Alberto Alberti, pag.145