À l’origine de l’Institut

Les noms de Suzanne Nouvion et Jacqueline-Marie de Chevron Villette sont indissociables de l’Institut Français de Psychosynthèse. Sensibles à la souffrance de trop nombreuses personnes après guerre atteintes « du mal d’isolement » et de ses conséquences désastreuses, elle créèrent à Paris en 1958 le premier Centre de lutte contre l’isolement et pour la prévention du suicide. Deux ans plus tôt, en 1956, elles avaient ouvert l’institut de formation humaine, destiné à faire se rencontrer des chercheurs en sciences humaines et des chercheurs en sciences de l’éducation.

Leurs recherches en moyens et outils psychologiques propres à remettre les personnes souffrantes en santé et équilibre intérieur, les amena à rencontrer le Dr Assagioli. Cette rencontre fut suivie d’une longue collaboration et amitié, et Roberto Assagioli leur confia la création de l’Institut français qui vit le jour en 1970.

Leur œuvre fut récompensée des mains du Président Valéry Giscard d’Estaing, qui fit Suzanne Nouvion Chevalier de l’Ordre National du mérite en 1978.