La Méditation Pleine Conscience peut-elle nous aider à faire face à la souffrance humaine et nous accompagner dans ces temps d’épidémie ?

Comment la Méditation Pleine Conscience peut nous aider à faire face à la souffrance humaine et nous accompagner dans ces temps d’épidémie ?

Une précieuse boîte à outils pour répondre à la peur.

Se reconnecter à notre pouvoir intérieur n’a jamais été aussi essentiel. Nous pouvons adopter la pleine conscience, non pas comme un simple outil, mais comme une attitude à cultiver envers la vie.

Qu’est-ce la Méditation pleine conscience? (Mindfulness en anglais).

C’est un apprentissage de notre esprit à diriger notre attention de façon Intentionnelle et sans jugement sur l’expérience du moment présent.

Être attentif signifie ÊTRE présent, d’une manière aimante et sans jugement envers ce qui se manifeste à l’intérieur de nous-même. Nous avons l’opportunité d’adopter cette attitude pour faire face aux émotions stressantes que ce virus déclenche, afin de rester fort et de soulager la souffrance que nous vivons tous, en tant qu’être humain, à l’échelle mondiale.

Beaucoup d’entre nous sont confrontés à un stress important induit par l’émotion de la peur, l’incertitude, les inquiétudes, le doute quant à notre avenir, ainsi qu’une instabilité financière plus tangible.

En apprenant à ancrer notre corps par des méditations du souffle et le balayage corporel, par exemple, nous pouvons apprendre à nous connecter à une énergie précieuse et négligée, l’énergie du moment présent et à vivre, moment par moment au lieu de ressasser le passé ou d’anticiper les menaces de l’avenir.

Cet apprentissage clarifie et nourrit notre relation avec notre monde intérieur, avec nos pensées et nos émotions.

Dans la méditation de la respiration, on apprend à rester connecté à notre souffle, cette pratique nous permet de devenir l’observateur bienveillant de nos pensées, sentiments et désirs, sans les rejeter, ni fusionner avec eux. La méditation nous permet de cultiver l’observateur qui se trouve en chacun de nous. Cette attitude nous permet de répondre avec créativité et sagesse au stress et à la peur.

Tourner notre attention vers notre corps, nous aide à nous ancrer dans le moment présent, à observer et à assister à ce qui émerge, dans une attitude d’acceptation dynamique et positive, sans être résigné. Cette attitude nous permet de clarifier quel sera le choix et la meilleure attitude face à ce défi. De cette façon, nous apprenons à voir la vie, y compris la souffrance, comme une école où nous pouvons apprendre et évoluer au lieu de réagir, plutôt que de se battre ou d’ échapper à ce qui existe déjà.

Face au stress, nos réactions biologiques réagissent en mode lutte, fuite ou sidération. En mode lutte, nous jugeons les autres et avons la pernicieuse tendance à nous critiquer et à nous blâmer. Devant une douleur, nous trouvons des stratégies pour échapper en nous “consolant“ avec la nourriture l’alcool et d’autres fuites. La sidération nous rend impuissants. C’est la réaction biologique qui assure notre survie. Malheureusement toutes ces attitudes d’évitements ne feront qu’augmenter notre souffrance, développant parfois des maladies.

La bonne nouvelle, confirmée par les nombreuses recherches en neurosciences et en épigénétique, est que nous avons une autre possibilité. C’est d’apprendre à répondre à la peur à travers une attitude différente que nous pouvons cultiver grâce à la Pleine Conscience et à la Psychosynthèse, l’école psychologique à laquelle j’appartiens, créée par Roberto Assagioli. Ce psychiatre a été le pionnier de l’introduction, au début du siècle, de la Méditation en Occident. Grâce à la Méditation Pleine Conscience, nous éveillons l’observateur qui est en nous, c’est l’énergie de la pleine conscience qui a la capacité et les ressources de répondre à ce qui nous fait souffrir. Grâce à cette énergie, la Pleine Conscience, nous observons nos peurs avec compassion et acceptation. L’énergie de l’observateur est ingénieuse, elle peut guérir la peur et tous les sentiments douloureux que nous ressentons, en acceptant notre vulnérabilité et notre humanité.

La peur est normale dans des moments comme ceux-ci et nous ne pouvons pas la nier ou la rejeter. Par la Pleine Conscience, nous reconnaissons la présence de sentiments ou de pensées désagréables, pour ensuite décider si et quand avoir une conversation bienveillante avec elles. L’énergie de l’observateur peut se lier d’amitié avec ces pensées, ces sentiments et leurs demander d’attendre en silence tout en ancrant son attention sur son corps. Plus tard, une fois que l’on aura pacifié le corps et l’esprit, on pourra engager une conversation avec les pensées effrayantes et explorer la nature et les besoins qui s’y cachent.

Par conséquent, la méditation développe premièrement notre intelligence émotionnelle, notre capacité à réguler nos émotions à travers la pratique de l’ancrage à notre souffle et à notre corps, deuxièmement, elle nous apprend à devenir plus intime avec nous-même et à nous lier d’amitié avec nos émotions difficiles, pour en révéler leurs natures profondes.

Mon expérience personnelle et ma pratique clinique m’ont montré que cette pratique spirituelle agit en nous comme un re-parentage spirituel, nous nous écoutons comme des parents aimants. Cette pratique est très précieuse, elle nous libère de nos souffrances, elle nous transforme, elle nous guérit!

Quand nous écoutons d’un amour inconditionnel notre souffrance et les émotions difficiles qui les accompagnent, nous allons nourrir de notre amour, notre enfant intérieur. L’amour est une réponse naturelle à la souffrance humaine, si nous apprenons comment nous tourner vers l’intérieur avec acceptation et bienveillance, nous cultivons cette qualité inhérente à notre être. De cette façon, nous retrouvons notre intégrité.

Grâce à ces pratiques de la Méditation Pleine Conscience, nous nous libérerons de la souffrance et de la séparation. Ce changement en nous-même apporte aussi un changement dans nos relations et petit à petit, aussi dans le monde entier.

Comme le Mahatma Gandhi a affirmé; « soyons le changement que nous voulons voir dans le monde ». Notre paix intérieure est la force silencieuse nécessaire pour produire les changements et créer, chacun de nous, un à la fois, un monde plus juste et plus humain.

Article écrit par Elisabetta Maggi Sclapari
Thérapeute familiale et systémique, Counselor et Life Coach en Psychosynthèse,
Instructrice en Méditation Pleine conscience (MBCT MBSR )

VERSION ANGLAISE

Embracing Mindfulness to face Corona Virus and human suffering

A precious tool box to respond to fear.
Reconnecting with our inner power has never been so essential. We need to embrace mindfulness not as a simple tool but as an attitude towards life. Being mindful means BEING present, in a loving and non-judgmental way towards what is manifesting within. We have the chance to adopt this attitude to face the challenging stressful emotions this virus is triggering, in order to stay strong and alleviate the suffering we are experiencing all as human beings on a worldwide scale.

Many of us may be experiencing a considerable amount of fear-induced stress, uncertainty, worries, doubt regarding our future, along with the more tangible financial instability.
By training how to anchor our bodies through breathing meditations or body scan meditations, just to mention a few,we can learn to connect with the energy of the present moment and live moment by moment instead of ruminating the past or anticipating the threats of the future.

This training nurtures our relationship with our inner world, with our thoughts and emotions.

In the breathing meditation, training to stay connected to one’s breath allow us to become the kind observer of our thoughts, feelings and desires, without rejecting them or identifying with them. Meditating allows us to cultivate the kind observer which lies within all of us. This attitude allow us to respond with creativity and wisdom to stress and fear instead of reacting .

Turning to one’s body will help anchor into the present moment, observing and attending to what emerges in a dynamic and positive attitude of acceptation, without being resignation. This attitude grants us clarity in choosing the best option in the face of a challenge. In this way we learn to see life, including suffering, as a school where you can learn and evolve instead of reacting, fighting or escaping from what is already there.

In front of suffering our biological instincts react in either fight, flight or freeze mode. In fight mode we judge others, and tends to criticize and blame ourselves. In front of a pain we find strategies to escape, all these attitudes heightens our suffering, potentially to the point of creating physically ailments. This is our biological reaction for survival.

We have another possibility to learn to respond to fear through a different attitude we can cultivate through mindfulness and psychosynthesis a psychological school I belong wich pioneered Mindfulness . In mindfulness we strengthen the observing self and we attend to what is there. We look at our fears with kindness and acceptance. The energy of the observer is resourceful, it can heal the fear and every painful feeling we experience, coming to terms with our vulnerability and humanity.

Fear is normal during times like these and we cannot deny or reject it. Through mindfulness, we recognize the presence of unpleasant feelings or thoughts, to then decide whether ,if and when to engage with them. The energy of the observer can befriend these feelings, thoughts and ask them to wait in silence while anchoring his attention to the body. Once we have pacified our body and mind and we are in a state of calm we can decide to engage in a conversation with the fearful thoughts and explore the nature and the needs that lay underneath.

Therefore meditation on one hand teaches the ability to regulate emotions anchoring to the body, and on the other hand, teaches us to become more intimate and befriend our difficult emotions to reveal their nature and their needs .in this way Mindfulness is also a precious path to know ourselves more deeply ,in addition he can reveals us a new purpose and direction in our life .
This is such a beautiful and liberating path that has been called a spiritual reparenting.
We learn new loving ways to listen to ourselves , as a loving parent, through unconditional love towards our suffering and the difficult emotions that come with it. We nurture our inner child. Love is a natural response to human suffering, if we turn within and cultivate this inherent quality. We will listen to ourselves to reconnect to our wholeness and humanity. Through resourcefulness we will free ourselves from suffering and separation.

Article written by Elisabetta Maggi Sclapari
Systemic and family therapist ,Psychosynthesis counsellor and life coach ,Mindfulness teacher
I offer sessions worldwide via skipe In english french ,Italian